71bc7d17f045bee379248d773cf043b0.jpg

Kengo Kuma & Associates, Asakusa Culture Tourist Information Center, 2012Photo : Kengo Kuma

Une exposition consacrée à l’architecture et l’urbanisme japonais au Centre Pompidou Metz.

Le Centre Pompidou Metz présente à partir du 9 septembre Une Saison japonaise comprenant une exposition dédiée à l’architecture et à l’urbanisme au Japon depuis 1945.

L’institution culturelle française a choisi de mettre en lumière la création japonaise au cours de ces prochains mois. A cette fin, le Centre Pompidou Metz organise trois expositions complémentaires permettant de dresser un large panorama de l’art et l’architecture au Japon, complété par des évènements, des rencontres, des performances.

Japan-ness, endentez par-là « japonité », est une exposition qui explore sept décennies de culture architecturale japonaise, de 1945 avec la destruction de la bombe atomique aux expressions les plus actuelles. Le bâtiment de Shigeru Ban accueille une mise en scène de Sou Fujimoto qui interroge avec un parcours chronologique, conçu par le commissaire Frédéric Migayrou, comment l’architecture et l’urbanisme de la péninsule nippone ont défini de nouveaux modes d’habiter. Il est possible d’y découvrir les œuvres emblématiques de ces plus importants architectes du pays : Kenzo Tange, Tadao Ando, Toyo Ito, Kengo Kuma… Le parcours est divisé en six périodes et se déploie dans le temps pour comprendre comment des années l’architecture et l’urbanisme se sont développés sous l’influence de l’architecture moderniste internationale de Le Corbusier, puis se sont distingués par un usage plastique du béton entre 1955 et 65. Un tournant est marqué avec l’exposition universelle d’Osaka en 1970 et l’apparition de mouvements comme le « métabolisme » et la « nouvelle vision ». Puis arrive la génération des années 1980 et 90 avec Toyo Ito, Tadao Ando et Kazuo Shinohara qui marquent la scène internationale avec leur architecture de la disparition, de la simplification des formes et les recherches sur la maison individuelle. Le tremblement de terre à Kobe en 1995 force la réflexion sur l’architecture de l’urgence. Et depuis quelques années, une nouvelle génération d’architectes, récompensés par les prix les
plus prestigieux, œuvre à une architecture de la transparence et une architecture narrative. Shigeru Ban, Kengo Kuma, SANAA ou encore Sou Fujimoto incarnent aujourd’hui cet élan.

La seconde exposition, Japanorama, est mise en scène par SANAA. Elle s’inscrit dans la continuité de l’exposition réalisée par le Centre Pompidou en 1986 et porte un regard sur la création artistique de ces 40 dernières années, un art contemporain multiple, bien plus complexe que la simple opposition minimalisme zen / Kawaï Pop, qui met en œuvre une poétique de la résistance, un engagement militant, une réflexion sur la mode et le rapport au corps ou la place de l’individu dans la société, la relation à une tradition insulaire et le dialogue avec des sous-cultures.

En début d’année prochaine une troisième exposition consacrée au collectif Dumb Type, pionnier des nouvelles technologies mises au service de l’art, achèvera le triptyque.

D’ici là un programme ambitieux de rencontres et de spectacles permettra de découvrir de grandes figures de la scène japonaise : Ryuichi Sakamoto, Saburo Teshigawara, Yasumasa Morimura, Ryoji Ikeda…

Japon-ness, du 9 spetmbre au 08 janvier
Japanorama, du 20 octobre au 05 mars
Dumb Type, du 20 janvier au 14 mai

www.centrepompidou-metz.fr

Article écrit par Archiduc.lu|07.09.2017